Visages de la 5e Division du Canada

Chaque semaine, le 5e Division du Canada présenterons un #Soldat5eDiv qui contribue à faire avancer la #PuissanteMachineMarron tout en demeurant #FortFierPrêt en vue de relever n’importe quel défi.

Beaupré, Maître de 1re classe Nicole

Maître de 1re classe Nicole Beaupre lors de la célébration du 100e anniversaire du Camp Hill Veterans Memorial Hospital en Halifax, Nouvelle-Écosse le 20 septembre, 2017 . Photo : ©2017 DND/MDN, Canada.

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. » - Mahatma Gandhi

Ville d’origine : Trenton, Nouvelle-Écosse

Années de service : 27 ans

Unité d’appartenance : 5e Division du Canada, G8 (politiques et procédures financières)

Qui est votre plus grande inspiration?
C’est une question difficile. Beaucoup de gens m’ont inspirée au fil de ma carrière et ont fait de moi le marin que je suis aujourd’hui. Dans ma vie personnelle, il s’agit de ma mère. Durant ma jeunesse, faire du bénévolat et donner aux gens dans le besoin étaient des valeurs omniprésentes dans ma famille. Je les ai transmises à ma propre famille. 

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je savais déjà en 7e année que je voulais me joindre aux Forces armées canadiennes. Des recruteurs sont venus à notre école pour la journée carrière. Ce soir-là, je suis rentrée à la maison et j’ai dit à ma mère que je voulais devenir militaire. La semaine suivante, je me suis jointe au 397e Escadron des Cadets de l’Air Trenton, et immédiatement après avoir obtenu mon diplôme d’études secondaires, je suis partie pour l’École des recrues à la BFC Cornwallis.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?  
J’ai passé la majeure partie de ma carrière dans des bases d’entraînement ou dans la Marine. Lorsque j’ai été affectée à la 5e Division du Canada, j’ai été accueillie et immédiatement acceptée au sein de la famille, même si je porte l’uniforme de la Marine.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
J’ai eu la chance de voir le monde au fil de ma carrière. J’ai visité 23 pays et j’ai habité en Allemagne pendant 4 ans. C’est une expérience assez mémorable en soi. Depuis 6 ans, je contribue à un merveilleux programme de recherche de bénévoles pour l’hôpital Camp Hill Veterans Memorial. À titre de coordonnatrice, je demande l’aide de bénévoles pour l’organisation d’activités à Camp Hill, soit 6 cérémonies au cours de l’année et 2 journées de nettoyage des jardins. Il s’agit de l’une des expériences les plus gratifiantes de ma carrière.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Faire partie des FAC est qui je suis. Je ne l’ai jamais vu comme un travail, c’est en moi.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la population canadienne concernant l’Armée canadienne?
Si vous êtes à la recherche d’une carrière stimulante et favorisant la croissance personnelle, qui vous donnera l’occasion de voyager partout dans le monde, de tisser un réseau familial et d’amis serré, et de faire une différence dans la vie des gens en leur offrant protection, sécurité et aide humanitaire, l’Armée canadienne est pour vous.

Fudge, Caporal Kristopher Bruce

Le caporal Kristopher Bruce Fudge, du 2e Bataillon, Royal Newfoundland Regiment, s’entraîne avec l’équipe de tir de combat de la 5e Division du Canada à l'aire d'entraînement de la Base d'appui de la 5e Division du Canada à Gagetown le 18 aout, 2017, en vue de la Concentration de tir aux armes légères 2017 des Forces armées canadiennes.

« C’est une expérience incroyable, que je recommande à tous ceux et celles qui veulent améliorer leurs habiletés au tir. »

Ville d’origine : Roberts Arm, Terre-Neuve

Années de service : 4 ans

Unité d’appartenance : 2e Bataillon, Royal Newfoundland Regiment, Corner Brook, Terre-Neuve

Qui est votre plus grande inspiration?
Sidney Crosby. Il est un modèle pour moi car il est un bon joueur d’hockey, une excellente éthique de travail et est natif de la côte est du Canada.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je me suis enrôlé dans les Forces armées canadienne pour avoir un excellent emploi qui me permettait de continuer mes études universitaires en même temps.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?
J’ai la chance de participer dans plusieurs exercices et évènements très intéressants. Par exemple, mon expérience la plus mémorable est d’avoir eu la chance de participer à la concentration de tir aux armes légères des Forces armées canadiennes.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les FAC?
Ma carrière dans les Forces armées canadiennes me permet de grandir, sur les plans physique et mental. 

 

 

Gravina, Cavalier Jeff

Le cavalier Jeff Gravina, membre d’équipage de reconnaissance blindée au sein du Prince Ed-ward Island Regiment, participe à l’Exercice STRIDENT TRACER 2017, un grand exercice d’entraînement au combat de la Réserve de l’Armée tenu à la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown du 18 au 27 août 2017. Photo : Services d’imagerie de la 14e Escadre. © 2017 MDN / MDN Canada.

« Il y a beaucoup gens authentiques. L’Armée est composée de nombreuses personnes authentiques. »

Ville d’origine : Kensington, Île-du-Prince-Édouard

Années de service : 1 an et 3 mois

Unité d’appartenance : The Prince Edward Island Regiment

Qui est votre plus grande inspiration?
Mes parents, Adam et Sara Gravina, sont une grande source d’inspiration.

La personne qui m’inspire le plus dans les Forces armées canadiennes est l’adjudant Chad Wilkie, du Halifax Rifles. Il donne mon cours d’équipage de reconnaissance blindée. C’est un instructeur enthousiaste et passionné qui s’assure de nous enseigner les choses correctement, pour que nous soyons efficaces.

Quel est votre rôle dans les Forces armées canadiennes (FAC)?
Je suis membre d’un équipage de reconnaissance blindée dans un contexte de guerre. Nous utilisons des véhicules pour recueillir de l’information, souvent en territoire ennemi. Nous devons appliquer de nombreuses tactiques et stratégie complexes pour mener nos activités sans nous faire repérer.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?
Les gens qu’on rencontre et les expériences qu’on vit au travail. Je côtoie des personnes que je n’aurais pas eu la chance de rencontrer autrement. Durant mon cours, j’ai tissé des liens très profonds avec d’autres stagiaires, alors que nous travaillions ensemble dans des endroits confinés. Ce sont des gens vraiment cool.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Les cours que j’ai suivis jusqu’à maintenant, parce que c’est durant ceux-ci que j’ai rencontré tous ces gens exceptionnels et que j’ai vécu toutes ces belles expériences, que ce soit dans les casernes, dans la salle de classe ou lorsque nous étions en congé.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les FAC?
C’est un excellent emploi; il offre un bon salaire et de nombreuses possibilités.

Que diriez-vous à quelqu’un qui envisage une carrière dans les FAC?
Faites-en l’essai et donnez le meilleur de vous-même. Repoussez vos limites pour faire de votre mieux et, en définitive, vous constaterez qu’il s’agit vraiment d’une expérience qui en vaut la peine. Ce n’est pas seulement une partie de plaisir; il y a aussi des moments stressants. Mais une fois que vous aurez traversé ces moments, vous réaliserez à quel point c’était excitant.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la population canadienne concernant l’Armée?
Il y a beaucoup gens authentiques. L’Armée est composée de nombreuses personnes authentiques.

Gray, Captaine Sarah

Le capitaine Sarah Gray, officier des blindés des The Halifax Rifles (RCAC), lors de l’exercice STAGED RESPONSE en mai 2017 à Truro, en Nouvelle-Écosse. Photo : l'adjudant Jerry Kean, 5e Division du Canada Quartier général. ©2017 DND/MDN Canada.

« Je suis actuellement officier de cours pour la Perfectionnement professionnel 1 Membre d’équipage de reconnaissance au Centre d’instruction de la 5e Division du Canada. C’est un cours difficile qui enseigne aux jeunes soldats à remplir les fonctions de membre d’équipage, ce qui comprend le tir avec une Mitrailleuse Polyvalente C6 et la conduite tactique d’un Véhicule utilitaire léger à roues, entre autres. L’esprit d’équipe et la cohésion sont des aspects essentiels du cours, et des aptitudes qui demeureront importantes tout au long de leur carrière à titre de membres d’équipage.

 Le meilleur conseil que je peux donner aux jeunes du Canada atlantique, en particulier s’ils sont toujours aux études, est de considérer la Réserve de l’Armée comme option d’emploi. En tant qu’étudiante, je n’aurais pas pu demander meilleur emploi. Je travaille à temps plein l’été, je reçois une excellente instruction en leadership et en gestion, en plus de bénéficier d’avantages comme le remboursement de mes frais de scolarité et un horaire souple me permettant d’assister à mes cours. Si c’était à refaire, je ne changerais absolument rien. »  

Ville d’origine : Cole Harbour, Nouvelle-Écosse

Années de service : Quatre

Unité d’appartenance : The Halifax Rifles (RCAC) (Corps blindé royal canadien)

Qui est votre plus grande inspiration?
Plusieurs personnes ont été de grandes inspirations pour moi tout au long de ma carrière. La personne que j’admire beaucoup dernièrement est le Major (retraitée) Sandra Perron, la première femme officier de l’infanterie au Canada. À mon avis, son histoire est une leçon de leadership – même devant l’adversité ou le changement, il faut prendre soin les uns des autres. Elle a pavé la voie aux femmes dans les armes de combat. Je suis reconnaissante de pouvoir apprendre de ses expériences, afin de devenir un meilleur leader et un meilleur soldat.

Déploiements antérieurs :
Aucun.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je me suis jointe aux Forces canadiennes, au sein du Halifax Rifles (CBRC) dans la Première réserve, parce que j’ai appris à aimer le mode de vie militaire durant les 7 années que j’ai passées dans les Cadets de l’Armée. Je suis actuellement capitaine de bataille pour l’escadron de reconnaissance. Je planifie l’instruction en garnison et en campagne et je m’occupe de l’administration du personnel.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada (5 Div CA)?
L’instruction exigeante et diversifiée que nous avons la chance de suivre. Cette année, nous allons recevoir notre nouvelle plateforme de véhicule, le Véhicule patrouille blinde tactique, ce qui représentera un nouveau défi excitant pour les régiments de reconnaissance blindée de la Réserve dans le Canada atlantique. Faire partie de l’Armée canadienne m’a également donné la motivation de poursuivre des études supérieures (maîtrise en administration publique et doctorat en droit).

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Ma participation à l’exercice Worthington Challenge ces deux dernières années. La première année où les membres de la Première réserve ont été invités à prendre part à la compétition, la 5 Div CA a terminé en première place pour la catégorie d’équipage de Véhicule utilitaire léger à roues au Canada. C’était gratifiant de voir notre équipe travailler si fort et obtenir la reconnaissance qu’elle méritait.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Parce que j’adore mon travail et les tâches que nous sommes appelés à accomplir. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre, un nouveau défi à relever. Je n’aurais pu rêver d’un meilleur emploi à temps partiel, alors que je poursuivrai mes études supérieures à l’automne.

Hirwa, Caporal Aime
Caporal Aime Hirwa

Le caporal Aime Hirwa, carabinier du 1er Bataillon, The Royal Newfoundland Regiment. Photo : ©2018 DND/MDN Canada.

« L’un des avantages qui me plaît particulièrement est d’avoir la chance de suivre une instruction pour laquelle je payerais en temps normal, mais d’être payé pour le faire. »

Ville d’origine : Je suis originaire de Kigali, au Rwanda, mais j’habite maintenant à St John’s, Terre-Neuve-et-Labrador.

Années de service : 4 ans

Unité d’appartenance : 1er Bataillon, The Royal Newfoundland Regiment

Qui est votre plus grande inspiration?
Mes parents sont mes plus grandes sources d’inspiration. Ma mère et mon père sont les personnes les plus travaillantes que je connaisse. Ils ne sont pas nés de familles riches, mais ils ont travaillé fort pour nous donner, à moi et à mes frères et sœurs, une vie confortable. Ils ont immigré pour nous permettre de grandir dans des meilleures conditions qu’eux et d’avoir accès à une excellente éducation et à un plus grand nombre de possibilités. Mes parents m’ont enseigné à être patient et m’ont appris qu’on obtient les résultats pour lesquels on travaille.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?
Faire partie de l’Armée canadienne m’a permis de vivre beaucoup de belles expériences. J’ai rencontré des gens et voyagé partout au Canada. J’ai l’occasion de travailler dans différents milieux, ce qui rend les choses excitantes et motivantes. L’un des avantages qui me plaît particulièrement est d’avoir la chance de suivre une instruction pour laquelle je payerais en temps normal, mais d’être payé pour le faire. J’aime faire partie de quelque chose d’important, de plus grand que soi, où j’éprouve un sentiment d’appartenance.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
J’en ai vécu beaucoup, mais la plus récente a été d’être choisi pour faire partie de la Garde de cérémonie à Ottawa l’été dernier.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Je vois mon avenir dans l’Armée canadienne. J’étudie actuellement en psychologie à l’Université Memorial. J’espère pouvoir poursuivre mes études en droit et devenir avocat militaire pour les Forces armées canadiennes.

Que signifie pour vous le Mois de l’histoire des Noirs?
J’accorde beaucoup d’importance au Mois de l’histoire des Noirs parce qu’il sensibilise les jeunes générations aux difficultés qu’ont vécues les personnes de couleur tout au long de l’histoire. C’est une occasion de se souvenir du passé, de constater les progrès accomplis jusqu’à maintenant et de chercher à améliorer davantage notre société, une société dans laquelle nous ne laissons pas nos différences nous diviser.

Matheson, Sergent Natalie

Le sergent Natalie Matheson, une conductrice de matériel mobile de soutien du 36e Bataillon des services (Détachement de Sydney), prépare un véhicule pour une tâche le 31 juillet 2017 à Sydney, en Nouvelle-Écosse. ©2017 DND/MDN Canada.

« On ne cesse jamais d’apprendre dans les Forces armées canadiennes, c’est ce qui me plaît le plus. On ne s’assoit jamais sur ses lauriers parce qu’un nouveau défi nous attend toujours au tournant. Il suffit de faire des efforts pour atteindre le succès. »

Ville d’origine : Glace Bay, Nouvelle-Écosse

Années de service : Dix

Unité d’appartenance : 36e Bataillon des services (Détachement Sydney)

Qui est votre plus grande inspiration?
D’abord et avant tout, ma mère, suivie de très près par le major Erica Fleck.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je me suis enrôlée dans les FAC pour changer de rythme de vie et vivre des expériences plus stimulantes. Je travaille comme chauffeuse de matériel roulant, et je suis actuellement instructrice au Centre d’instruction de la 5e Division du Canada (Détachement Aldershot).

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?
Avoir l’occasion de m’améliorer, tant au niveau personnel qu’au niveau professionnel. J’ai aussi la belle occasion de former les esprits vifs des nouvelles recrues de mon groupe professionnel militaire, et de les aider à devenir de meilleurs soldats et de meilleures personnes en général. C’est un travail très gratifiant.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Je suis incapable de n’en nommer qu’une seule. Tout ce qui touche l’instruction pratique, en particulier en campagne, la routine quotidienne, le travail avec un peloton ayant un excellent moral… ce sont les meilleures expériences pour moi.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
La motivation du dépassement de soi, la mentalité et, évidemment, le nombre illimité d’expériences qui sont à portée de main.

Meikle, Sergent Corey
Sergent Corey Meikle

Sergent Corey Meikle de la 3e Compagnie de renseignement, Halifax, Nouvelle-Écosse. © 2017 MDN / MDN.

« Tout ira bien… »
Cette citation témoigne de la ténacité et de l’ingéniosité dont les réservistes font preuve pour surmonter les obstacles de façon créative, pour s’assurer que les tâches sont menées à bien et que l’objectif du commandant est atteint.

Ville d’origine : Fall River, Nouvelle-Écosse

Années de service : 12 ans et 7 mois.

Unité d’appartenance : 3e Compagnie du renseignement, basé à Halifax, en Nouvelle-Écosse

Qui est votre plus grande inspiration?
Certains personnages fictifs qui incarnent ce que l’humanité a de meilleur en fonction de l’environnement où ils se trouvent.

Déploiements :
Opération LENTUS 17-1, Équipe d’appui du génie pour le CI

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
À l’époque, c’était la meilleure option d’emploi à temps partiel, en raison des diverses occasions de formation offertes et de l’expérience que l’on pouvait en retirer. Une partie de moi voulait servir mon pays, et la Réserve me permettait de le faire.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?
L’éthique de travail : « Faites votre travail, faites-le bien et continuez. »
L’environnement de travail : un environnement professionnel où l’on prend soin des soldats, où l’on fait la promotion du professionnalisme et où chacun s’efforce de surmonter ses lacunes personnelles.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les Forces armées canadiennes?
La sécurité d’emploi, le salaire et les avantages sociaux. Lorsque l’occasion se présente, l’expérience de donner de l’instruction et de la formation sur les Ops Rens est enrichissante.

Moss, Caporal Jordan

Le caporal Jordan Moss du 37e Bataillon des services inspecte une motoneige pendant l'exercice NORTHERN SOJOURN, qui a eu lieu au Labrador du 2 au 8 mars 2018. ©2018 DND / MDN Canada.

« Les possibilités sont infinies. »

Ville d’origine : St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador

Années de service : 3 ans de service à temps partiel au sein de la Réserve de l’Armée

Unité d’appartenance : 37e Bataillon des services

Rôle dans le cadre de l’exercice NORTHERN SOJOURN : Spécialiste de la maintenance des motoneiges.

Emploi civil : Étudiant en technologie du génie industriel au College of the North Atlantic

Qui est votre plus grande inspiration?
Mon grand-père, qui était aumônier pour les Forces armées canadiennes dans les années 1950 au Camp Aldershot, en Nouvelle-Écosse. Il me racontait toujours des histoires d’armée et je voulais poursuivre la tradition familiale, c’est pour cette raison que je me suis enrôler dans les Forces.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?  
Ce que je préfère de mon travail dans l’Armée canadienne, ce sont les gens avec qui je travaille. Au cours de ma carrière, j’ai rencontré de nombreuses personnes avec un bagage différent, avec qui j’ai pu partager des expériences selon divers points de vue.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Mon cours d’instruction à l’école du Corps du génie électrique et mécanique royal canadien, qui offrait un excellent équilibre entre compétences techniques et expérience en leadership.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Les employeurs civils adorent les candidats qui ont une expérience militaire; nous nous démarquons des autres. Nous acquérons une expérience en leadership et recevons une instruction de haut niveau, qui ne se trouve nulle part ailleurs.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la population canadienne concernant l’Armée canadienne?
Les possibilités sont infinies. Vous pouvez vous rendre aussi loin que vous le voulez et aller partout où vous le voulez. Faites-le!

Murray, Caporal-Chef Jesse

Le caporal-chef Jesse Murray, sapeur de combat au sein du 4e Régiment d’appui du génie, fait une démonstration pour un nouveau membre pour montrer comment démanteler le canon de 25mm de la tourelle. ©2017 DND-MDN, Canada

Vos pensées se transforment en paroles
Vos paroles se transforment en actions
Vos actions se transforment en habitudes
Vos habitudes se transforment en personnalité
Votre personnalité se transforme en destinée
 - Lao-Tze 

Ville d’origine : Eastern Passage, Nouvelle-Écosse

Années de service : 9 ans

Unité d’appartenance : 4e Régiment d'appui du génie, basé à Oromocto, Nouveau-Brunswick

Qui est votre plus grande inspiration?
Les personnes qui m’inspirent le plus sont mes deux grands-pères. Mon grand-père paternel a servi lors de la Première Guerre mondiale et était présent à la bataille de la crête de Vimy; mon grand-père maternel a servi lors de la Deuxième Guerre mondiale et a pris part à la libération de la Hollande et à de nombreux autres exploits qui lui ont valu une feuille de chêne. J’aimerais également mentionner mon oncle, qui a servi de 1959 à 1985 avec le régiment aéroporté à Chypre, et à beaucoup d’autres endroits durant son service.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je voulais faire une différence dans le monde et dans notre beau pays, combattre l’ennemi qui détruit nos modes de vie au Canada et à l’extérieur de nos frontières. Je suis sapeur de combat et j’adore partager mes connaissances pour faire en sorte que la prochaine génération de soldats soit encore meilleure.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?  
Je suis fier de faire partie d’une organisation militaire reconnue pour son excellence sur le champ de bataille et respectée partout dans le monde. Mon travail au sein de la 5e Division est gratifiant puisque nous appuyons la division au complet et avons la chance de transmettre d’importants principes de leadership à la nouvelle génération de soldats, et d’avoir une véritable influence positive sur elle.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Mon expérience la plus mémorable au sein de la 5e Division a été de participer à la Phase 4 2014, ce qui m’a permis d’avoir une véritable influence sur les jeunes officiers dans le cadre de l’exécution de tâches complexes du génie, et de leur transmettre d’excellents principes de leadership qu’ils n’oublieront pas, j’en suis certain.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
J’adore mon pays et les personnes avec qui et pour qui je travaille. Mon fils vit au Canada; il n’y a personne de mieux placé que son père dévoué pour protéger son mode de vie.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la population canadienne concernant l’Armée? 
Nous sommes là pour vous et nous sacrifierons nos vies et notre confort pour assurer le vôtre. Nous aimons notre pays et ses citoyens. Nous ne faisons pas ce travail pour l’argent, mais bien par conviction et pour surmonter les défis.

Odartey-Wellington, Capitaine Felix

Le capitaine Felix Odartey-Wellington, officier des affaires publiques du 36e Groupe-brigade du Canada, fait une descente d'une tour le 13 septembre 2017 à la Base de soutien de la 5e Division du Canada à Gagetown, au Nouveau-Brunswick pendant une séance d'entraînement. Photo: Tammy Williams.

« Les Forces armées canadiennes offrent tellement de possibilités. Il suffit de les explorer et de trouver votre propre voie vers une carrière excitante. »

Ville d’origine : Sydney, Nouvelle-Écosse

Années de service : 7 ans

Unité d’appartenance : Le quartier général du 36e Groupe-brigade du Canada, situé à Halifax

Qui est votre plus grande inspiration?
Mon père, le major-général Neville Alexander Odartey-Wellington (Forces armées du Ghana).

Déploiements antérieurs :
L’exercice TRADEWINDS 2016, Jamaïque

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je suis officier des affaires publiques (OAP). Je me suis enrôlé parce que j’ai grandi dans un environnement militaire où les Forces armées canadiennes étaient très respectées. C’était logique pour moi de me joindre aux FAC lorsque je suis parti du Ghana et que j’ai immigré au Canada.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?
D’excellentes occasions d’instruction, de merveilleux camarades et la chance inouïe, à titre d’OAP, de voir toutes les choses excitantes que font les différents groupes professionnels militaires.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
L’obtention de mon diplôme du difficile cours élémentaire d’officier des affaires publiques de la Réserve.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les FAC?
La possibilité de faire partie de la Réserve des FAC m’a permis de vivre ma passion pour la vie militaire tout en continuant d’assumer mes responsabilités et d’assouvir mes intérêts dans le cadre de mon travail comme professeur en communication à l’Université Cape Breton. Grâce à mon expérience à titre d’OAP, je peux faire vivre à ma classe une expérience de communication réelle.

Omari, Capitaine Sasha
Capitaine Sasha Omari

Le capitaine Sasha Omari de la 84e Batterie autonome de campagne, Artillerie royale canadienne en Yarmouth, Nouvelle-Écosse le 18 mars 2018.

« Il est toujours facile de reconnaître les femmes de caractère.Ce sont celles que vous voyez s’encourager plutôt que de se démolir les unes les autres.
- Anonyme »

Ville d’origine : Fredericton, Nouveau-Brunswick

Années de service : 10 ans

Unité d’appartenance : 84e Batterie autonome de campagne, Artillerie royale canadienne

Qui vous sert de modèle?
Ma mère. Bien qu’elle soit décédée récemment, elle a toujours été une femme très forte et indépendante qui a surmonté d’innombrables obstacles au cours de sa vie, tout en conservant une personnalité très optimiste et un humour contagieux. J’ai été plus que chanceuse qu’elle fasse partie de ma vie.

Pourquoi vous êtes-vous enrôlée et quel travail faites-vous dans les Forces armées canadiennes (FAC)?
Au cours de ma dernière année à l’université, je tenais à me trouver une carrière qui me permettrait de relever des défis de toutes les manières qui soient. J’ai déterminé que m'engager dans les FAC était la meilleure option de carrière et je me suis enrôlée à peine quelques mois après avoir reçu mon diplôme, à titre d’officier d’artillerie. Je suis actuellement capitaine de batterie de 84e Batterie autonome de campagne.

Quel est l’aspect qui vous plaît le plus dans le fait de faire partie de l’Armée canadienne et de la 5e Division du Canada?
Ce que je préfère dans le fait de faire partie des FAC, ce sont les relations que l’on forge avec les autres et, plus important encore, le travail d’équipe. La 5e Division du Canada dispose des meilleurs militaires et des meilleurs dirigeants. Ces derniers ont su inculquer un esprit de camaraderie indéniable et un sens de la loyauté et de l’intégrité à tous les militaires de la région de l’Atlantique.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Mon expérience la plus mémorable a été de devoir faire le Test d’aptitude physique au combat de l’instruction de base alors que j’étais blessée à la jambe. Il m’arrive parfois de repenser à cette situation, à la force intérieure et à la détermination que j’ai dû déployer pour terminer le test et je me dis « Wow, c’était tellement douloureux, pourtant j’ai trouvé l’énergie nécessaire pour terminer ». Sentir mes camarades de classe et le personnel du cours être derrière moi lorsque j’ai fini le test a été un moment de grande fierté qui m’a réchauffé le cœur.

Pourquoi êtes-vous restée dans les FAC?
Je suis restée dans les FAC parce qu’ici j’ai l’impression de faire partie d’une équipe. Une équipe doit être très dynamique, elle doit posséder des qualités nombreuses et variées pour travailler efficacement. Personnellement, j’adore avoir l’impression de participer au succès général de mon équipe.

Qu’aimeriez-vous que le public canadien sache au sujet de les FAC?
J’aimerais que le public canadien comprenne que les FAC sont une organisation riche et diversifiée qui cherche non seulement à mener à bien les tâches opérationnelles qu’on lui confie, mais également à répondre aux besoins des militaires et à apporter un soutien sans faille au bien-être et au moral des membres des FAC à l’étranger.

Piercey, Caporal Devon

Caporal Devon Piercey de le 2e Bataillon, Royal Newfoundland Regiment

« Visez toujours à être meilleur que le meilleur. »

Ville d’origine : Grand Falls-Windsor, Terre-Neuve

Années de service : 2 ans et demi

Unité d’appartenance : 2e Bataillon, Royal Newfoundland Regiment

Qui est votre plus grande inspiration?
Le caporal Brian Pinksen. Il est le premier soldat du Royal Newfoundland Regiment à avoir perdu la vie au combat depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Il m’inspire à m’entraîner pour être le meilleur possible chaque jour. Il a fait le sacrifice ultime pour protéger le Canada, et nous ne l’oublierons jamais.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je me suis joint aux FAC pour servir et protéger mon pays et sa population. Je sais que mes sacrifices feront en sorte que mes concitoyens seront protégés des dangers à l’échelle mondiale.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada? 
L’aventure et la possibilité d’apprendre de nouvelles compétences que je pourrai à mon tour transmettre aux recrues.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Un exercice de tir de nuit durant mon cours de détachement d’armes de l’infanterie. C’était une démonstration incroyable de la puissance destructive du tir soutenu à la mitrailleuse C6.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les FAC?
Parce que j'ai la possibilité de voyager à la grandeur de l’est du Canada et de rencontrer de nouvelles personnes intéressantes.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la population canadienne concernant l’Armée canadienne?
Travailler dans les Forces armées canadiennes est difficile et peut être dangereux, mais il s’agit d’une occasion unique d’avoir une carrière à la fois excitante et enrichissante, et de faire partie de quelque chose de plus grand que soi.

Portilla-Villalon Sous-lieutenant Mayte

Le sous-lieutenant Portilla-Villalon, officier de l’Arme blindée du 8th Canadian Hussars (Princess Louise’s). Photo : 5e Division du Canada. ©2018 DND/MDN Canada.

« Si tout le monde pense de la même manière, c’est qu’il y a quelqu’un qui ne pense pas du tout. »
Général George S. Patton

Ville d’origine : Moncton, NB

Années de service : 3

Unité d’appartenance : 8th Canadian Hussars (Princess Louise’s)

Y a-t-il quelqu’un qui vous a servi de modèle?
Le major (à la retraite) Sandra Perron est une personne que j’admire. Elle est la première femme des FAC à être devenue officier d’infanterie de l'Armée canadienne.

J’admire également les anciens combattants avec qui je travaille comme bénévole dans la région.

Pourquoi vous êtes-vous enrôlée et que faites-vous dans les Forces armées canadiennes (FAC)?
Être bénévole dans l’Unité de motocyclette des anciens combattants de l'Armée canadienne Dunkirk m’a donné l’occasion de rencontrer de nombreux anciens combattants de la région.

Écouter leurs histoires sur l’entraînement et les opérations a éveillé mon intérêt pour les FAC. Après avoir fait quelques recherches et en avoir appris davantage sur la Première réserve, je savais qu’il s’agissait de la meilleure option pour moi, étant donné que j’étais encore à l’université à cette époque.

En 2015, je me suis enrôlée dans le 8th Canadian Hussars (Princess Louise’s), une unité de reconnaissance blindée de Moncton, et je suis officier de l’Arme blindée depuis ce temps.

Quel est l’aspect qui vous plaît le plus dans le fait de faire partie de l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada? 
Une des choses qui me plaisent le plus dans le fait d’être membre de l’Armée canadienne et de la 5e Division du Canada, c’est la sécurité d’emploi. Plus important encore, c’est de rencontrer des gens de différents horizons ayant des points de vue différents, mais qui travaillent ensemble dans un même but. C’est un aspect très gratifiant de ce travail.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
L’une de mes meilleures expériences jusqu’ici est assurément d’avoir rencontré le major (à la retraite) Sandra Perron lors de la réunion annuelle de l’Organisation consultative des femmes de la Défense, à la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les FAC? 
Je suis restée parce que j’aime beaucoup travailler dans un milieu stimulant qui vous encourage à apprendre et à vous améliorer à chaque cours, chaque exercice et chaque opération.

 Élaborer un plan et voir ensuite votre équipe exécuter la mission avec succès est l’une des expériences les plus gratifiantes que j’ai vécues et c’est assurément ce qui m’incite à poursuivre ma carrière dans les FAC.

Qu’aimeriez-vous que le public canadien sache au sujet de l’Armée canadienne?
Lorsque les gens du public pensent à l’Armée, ils imaginent habituellement des scènes de film de guerre. Cette réalité existe, bien sûr, mais il y a aussi tellement plus que cela. Un grand nombre de possibilités et de choix de carrière s’offrent à un fantassin, que ce soit devenir officier du renseignement ou cuisinier; je crois que la plupart des gens ne réalisent pas cela. Une carrière dans les Forces, que ce soit à temps plein ou à temps partiel, est une expérience formidable.

Cet emploi vous offre de bons avantages sociaux et vous procure un sentiment de fierté, ce qu’aucun autre emploi ne peut vous donner.

Ross, Sergent Ian James Taylor

Le sergent Ian Ross (à gauche), commandant de patrouille de reconnaissance blindée du Prince Edward Island Regiment, désigne des cibles pour les tirs d’artillerie durant l’exercice STRIDENT TRACER 2017, un entraînement au combat de grande envergure de la Réserve tenu à la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown du 18 au 27 août. Photo : ©2017 DND-MDN, Canada

Ville d’origine : Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard (centre-ville)

Années de service : 7 ans

Unité d’appartenance : Prince Edward Island Regiment

Qui est votre plus grande inspiration?
Mon frère, qui fait partie du 2e Bataillon, Princess Patricia Canadian Light Infantry, parce qu’il a servi en Afghanistan et a surmonté beaucoup d’obstacles durant et après son déploiement. Malgré les difficultés, il a fait preuve de persévérance, a été promu major et a occupé au fil des ans différentes fonctions de commandement très respectables.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Au départ, je me suis joint aux FAC à la suite d’un mentorat donné par mon frère. J’ai choisi de rester en raison de tous les amis que je me suis fait et de l’influence positive qu’ils ont sur moi.

Je suis commandant de patrouille de reconnaissance blindée. Durant les opérations de combat, les soldats de reconnaissance blindée sont devant la brigade qu’ils appuient, souvent en territoire ennemi. Ils effectuent des tâches d’observation tactique et recueillent de l’information sur l’ennemi que le commandant pourra utiliser au moment de planifier une bataille potentielle. À titre de commandant, je suis responsable d’une patrouille (deux véhicules) et je m'occupe de coordonner ses mouvements tactiques et administratifs.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?  
L’Armée devient comme une seconde famille, avec tout le positif et le négatif que cela comporte. Nous sommes toujours là les uns pour les autres, peu importe la situation.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Lorsque j’ai participé à un déploiement en hélicoptère UH-60 Black Hawk en vue d’effectuer une patrouille à long rayon d’action à Fort Pickett, en Virginie, dans le cadre d’un exercice.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Les FAC offrent un excellent environnement et favorisent le développement personne.

Que diriez-vous à quelqu’un qui envisage une carrière dans les FAC?
Soyez prêts, soyez en forme, mettez-vous au travail et n’arrêtez pas avant d’avoir terminé.

Quel message souhaitez-vous transmettre à la population canadienne concernant l’Armée?
L’Armée canadienne offre sans aucun doute la meilleure formation qui soit à l’échelle mondiale. Nous recevons une meilleure formation que les membres de n’importe quelle autre organisation militaire dans le monde.

Safire, Sous-lieutenant MacKenzie
Sous-lieutenant MacKenzie Safire

Sous-lieutenant MacKenzie Safire du 36e Régiment du génie de combat à Shearwater (Nouvelle-Écosse). Photo: ©2016 DND/MDN Canada.

« Les compétences que vous acquérez, les expériences que vous vivrez et les relations que vous établirez diffèrent de tout autre travail à temps partiel que je connais. Peu importe ce qui vous intéresse, il y a une place pour vous au sein de la Réserve de l’Armée. Essayez-le! »

Ville natale : Sydney, Nouvelle-Écosse

Années de service : Je suis membre de la Réserve de l’Armée depuis trois ans.

Unité d’appartenance : Je sers actuellement auprès du 36e Régiment du génie de combat (20e Escadron de génie) à Shearwater (Nouvelle-Écosse).

Qui est votre modèle?
C’est difficile de n’en nommer qu’un seul. J’ai tellement de modèles; chacun possède des qualités que j’admire. Des modèles personnels comme mes parents, qui m’ont appris la valeur du travail assidu, de la persévérance et de la compassion. Des professeurs influents qui étaient des modèles de leadership, de dévouement et de recherche de l’excellence.

Pourquoi vous êtes-vous joint aux FAC et quel est votre travail?
Je me suis joint aux FAC parce que je voulais un travail qui me donnerait l’occasion de relever des défis et de participer à des missions nationales et internationales (auxquelles j’espère participer dans le futur).

Quel est l’aspect le plus intéressant du travail au sein de l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada (5 Div CA)?
Je trouve que l’aspect le plus intéressant de faire partie de l’Armée canadienne est la nature excitante du travail. J’ai l’impression que j’apprends toujours de nouvelles compétences et je participe à un environnement de travail dynamique. Je crois que la meilleure partie d’être membre de la 5 Div CA est que je peux rester sur la côte Est. J’ai toujours vécu en Nouvelle-Écosse et je me considère chanceux de vivre et travailler dans une si belle région du Canada.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Mon expérience la plus mémorable jusqu’ici est le jour du Souvenir. Bien que j’aie toujours participé aux commémorations et cérémonies du jour du Souvenir, maintenant que je suis membre des FAC, ma participation signifie beaucoup plus pour moi.

Pourquoi êtes-vous resté au sein des FAC?
Je suis resté dans les FAC parce que j’aime l’apprentissage continu associé à l’instruction et à l’environnement de travail stimulant et dynamique.   

Est-ce qu’il y a un Canadien de race noire à n’importe quel moment de l’histoire qui vous a inspiré?
Un Canadien de race noire qui se distingue comme inspiration pour moi est Viola Desmond. Viola Desmond a refusé de s’asseoir au balcon dans un cinéma de New Glasgow et s’est plutôt assise à l’étage principal qui était pour les « blancs seulement », ce qui a remis en question la discrimination raciale et la ségrégation qui étaient toujours très présentes au sein de la société canadienne.

Elle a fait preuve de courage et de force en défendant ce qu’elle croyait juste. Elle était une femme exceptionnellement forte et une pionnière des droits civils au Canada. Ses gestes et son courage sont une inspiration pour moi.

Est-ce qu’il y a des membres de votre famille qui sont/ont été membres des FAC? Si oui, ont-ils influencé votre décision à vous joindre aux FAC et de quelle façon? Mon oncle, le Sergent Phillip Safire, a servi pendant de nombreuses années au sein des FAC. Bien qu’il n’ait pas directement influencé ma décision de me joindre aux FAC, j’ai l’impression que de voir un membre de ma famille être membre des FAC m’y a fait penser activement.

Pourquoi pensez-vous qu’il est important de souligner le Mois de l’histoire des Noirs au Canada?
Personnellement, ayant grandi dans une famille biraciale, le Mois de l’histoire des Noirs a toujours été souligné. Nous utilisions cette période pour en apprendre sur le passé, célébrant les réalisations et discutant des futurs objectifs en termes d’égalité dans notre société.

Aujourd'hui, je crois qu’il est important de le souligner au Canada parce qu’il est primordial de se souvenir que pendant beaucoup d’années, les gens étaient traités différemment et victimes de discrimination en raison de la couleur de leur peau.

Je crois qu’il est important de souligner le Mois de l’histoire des Noirs afin qu’on n’oublie pas les sacrifices consentis, les injustices vécues et l’adversité surmontée en vue d’obtenir et d’exercer leurs droits fondamentaux de la personne.

 Nous avons fait beaucoup de chemin pour créer une société plus égale et inclusive au Canada, mais il est toujours important de se souvenir que le travail n’est pas terminé. Le racisme, le sexisme et autre forme de discrimination existent toujours et en réfléchissant au passé comme on le fait pendant le Mois de l’histoire des Noirs, on se souvient de ne pas répéter le passé.

Tell, Caporal-chef Remo

Caporal-chef Remo Tell. Photo : ©2017 DND-MDN, Canada

« Dans les FAC, il n’y a jamais deux journées pareilles. Il a toujours un nouveau défi et nous pouvons être appelés à travailler partout dans le monde avec d’autres Canadiens et des gens à travers le monde. »

Ville d’origine : Sydney, Nouvelle-Écosse

Années de service : 11 ans

Unité d’appartenance : The Cape Breton Highlanders

Déploiements antérieurs : Op Athena en Afghanistan, en 2010

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
J’ai toujours été attiré par l’Armée et je voulais une carrière qui allait me mettre au défi, tant physiquement que mentalement.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?  
À titre de réserviste, j’ai la chance d’avoir deux carrières vraiment excitantes : je suis commandant de section d’infanterie au sein du Cape Breton Highlanders et infirmier à l’hôpital régional de Cap-Breton. Le programme de remboursement des frais de scolarité offert par les FAC m’a également aidé à payer mes études universitaires. J’ai pu m’entraîner dans la Réserve tout en allant à l’université. Les FAC m’ont permis d’acquérir de nombreuses qualités et expériences qui sont recherchées chez les employeurs civils..

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Le déploiement auquel j’ai pris part en Afghanistan qui m’a permis de travailler avec des gens de différentes origines culturelles.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Parce que j’aime la camaraderie au sein des FAC et je veux continuer de servir mon pays.

Walcott, Sergent Melissa

Le sergent Melissa Walcott lors de la Course de l'Armée du Canada le 20 septembre 2015. Photo : Zoomphoto.ca

« Une carrière militaire est un excellent choix qui inclus des bénéfices, un revenu stable, le support aux familles, l’éducation et des expériences comme nul autre! Il y a vraiment quelque chose pour tous! »

Ville d’origine: Pugwash, Nouvelle-Écosse

Années de service: 20 ans (6 Réserve, 14 Force régulière)

Unité d’appartenance: 5e Division du Canada – Quartier général

Qui est votre plus grande inspiration?
Coté professionnel : mon inspiration est le lieutenant-colonel Eleanor Taylor. En tant qu’officier commandant du 1er Bataillon, The Royal Canadian, elle m’a montré comment gagner le respect des autres, garder ma confiance et comment diriger effectivement. Lcol Taylor est une femme forte, courageuse, aimable et juste. Je suis honorer d’avoir sous son commandement et je suis contente de travailler avec elle à la 5e Division du Canada.

Coté personnel: Mes enfants, mon mari et ma famille me soutiennent. Chaque jour, ils me donnent le courage de continuer même si les choses peuvent être difficiles.  Ils sont ce qui me garde en santé et forte.

Déploiements:
Afghanistan 2007

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je cherchais pour un emploi exigent. Avec les Forces, j’ai été capable de faire mes études scolaires, tout en étant employé pour servir mon pays. Présentement, je suis une spécialiste des systèmes de communication et d’information de l’Armée, mais ma carrière a débutée dans la Réserve comme soldat d’infanterie et technicienne médicale.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?
Les personnes avec qui je travail. J’ai rencontré mes amis les plus fidèles, des super systèmes de soutien et des grandes inspirations grâce à ma carrière militaire.

Quel est votre expérience la plus mémorable?
J’ai été choisi par le Commandant de l’armée comme invité d’honneur à la Course de l’armée 2016. Recevoir le support de ma chaine de commandement et être reconnu pour mes efforts et tout l’entrainement pour cette course fut une expérience exceptionnelle.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les Forces armées canadiennes (FAC)?  
Pour les expériences et les opportunités. J’ai vécu plusieurs première expériences durant ma carrière militaire que je n’aurais pas pu vivre avec une carrière dans le monde des civiles.  

Wheeler, Capitaine Robert

Le capitaine Robert Wheeler fait visiter le Centre d’instruction de la 5e Division du Canada aux membres de l’équipe nationale de hockey féminin à la Base de soutien de la 5e Division du Canada Gagetown à Oromocto, au Nouveau-Brunswick, le 11 juin 2017. Photo : © 2017 MDN / MDN Canada.

«Rien ne se compare à la vie dans les FAC [Forces armées canadienne]. Les occasions sont infinies. J’ai acquis de très nombreuses aptitudes qui seront utiles pour n’importe quel employeur. »

Ville d’origine : Meadows, Corner Brook, Terre-Neuve

Années de service : 36

Unité d’appartenance : 2e Bataillon, The Royal Newfoundland Regiment

Qui est votre plus grande inspiration?
Le Général (retraité) Rick Hillier, un autre fier Terre-Neuvien qui a mené une brillante carrière.

Déploiements antérieurs :
L’opération Athena Roto 3, Kandahar

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadienne (FAC) et quel est votre rôle?
Je voulais travailler au sein d’une équipe de grande envergure. La Réserve correspondait exactement à ce que je recherchais.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne / la 5e Division du Canada?
Au départ, c’était une activité à temps partiel, mais c’est rapidement devenu le centre de mon attention. J’ai eu la chance de vivre des expériences d’instruction très intéressantes dont je garde de précieux souvenirs et qui m’ont permis de me faire de grands amis.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
La mission de l’OTAN en Afghanistan en 2007 a été une expérience qui a changé ma vie. C’était très valorisant et gratifiant de faire partie de la Force opérationnelle 107, dans le cadre de l’opération Athena.

Pourquoi êtes-vous demeuré dans les Forces armées canadienne (FAC)?
Je trouve très gratifiant de faire partie de la Réserve. Je veux aussi transmettre toutes les compétences que j’ai acquises à la prochaine génération de jeunes soldats.

White, Caporal Renée Marie

Caporal Renée Marie White en entraînement en Sydney, Nouvelle-Écosse. Photo : par Caporal Renée Marie White

« Faites le point sur votre situation actuelle. Si vous gagnez plus de 25 $ de l’heure à faire un travail excitant et dynamique, avez plus de 4 semaines de vacances payées, êtes couverts par des assurances médicales et dentaires complètes, et bénéficiez d’un excellent régime de retraite, ne changez rien. »

Ville d’origine : North Bay, Ontario

Ville actuelle : Halifax

Années de service : 6 ans

Unité d’appartenance : 36e Régiment du génie de combat, Sydney, Nouvelle-Écosse

Qui est votre plus grande inspiration?
Sergent Wendy Melee. Le sgt Melee est un modèle car elle et très motivante et m’a non seulement fourni de la formation, mais elle a  joué un rôle important pour moi lors des moments difficiles. Elle m’a donnée de bons conseils et beaucoup d’encouragement. Quand elle me dit « tu es superbe! », je me sens toujours mieux.

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je suis commis au sein du 36e Régiment du génie de combat. Je me suis enrôlée pour la stabilité, les excellents avantages sociaux et la rémunération, et le niveau d’instruction.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?  
La rémunération, les avantages sociaux ainsi que les occasions d’instruction qui me permettent d’acquérir des compétences très recherchées dans le domaine civil, comme l’esprit d’équipe, le leadership, la motivation personnelle et le souci du détail.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
Le jour du Souvenir, toujours.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Les FAC ont comblé les attentes qui m’avaient poussée à m’enrôler au départ. Je me suis également fait de grands amis, et j’aime la culture qui encourage une bonne forme physique et un mode de vie sain.

Williamson, Capitaine de corvette Kelly
Capitaine de corvette Kelly Williamson

Capitaine de corvette Kelly Williamson, officier senior des Affaires publiques du quartier général de la 5e Division du Canada lors de son déploiement dans le cadre de Opération RENAISSANCE au Népal en 2015. ©2017 DND/MDN, Canada.

« Soyez toujours vous-même… mais prenez des risques, soyez courageux et n’ayez pas peur de faire des erreurs. On apprend souvent plus de nos échecs que de nos réussites. L’adversité devrait vous motiver et vous encourager à trouver des façons créatives d’atteindre vos objectifs. »

Ville d’origine : St. Andrews, Nouveau-Brunswick

Années de service : De nombreuses années, croyez-moi… 21!

Unité d’appartenance : Quartier général de la 5e Division du Canada

Qui est votre plus grande inspiration?
À part mes parents, pour des raisons évidentes…L’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher. Elle a effectué l’un des plus longs mandats à la tête de son pays au 20e siècle, et était surnommée la Dame de fer pour ses principes et son style de leadership sans compromis; Le vice-amiral (retraitée) Nora Tyson (Marine américaine). J’ai eu l’honneur et le plaisir de travailler pour elle dans le cadre de l’Exercice RIMPAC [Rim of the Pacific] 2016. C’était inspirant d’apprendre d’elle et de l’observer diriger efficacement une coalition multinationale interalliée, composée de partenaires de plus de 26 nations.

Déploiements antérieurs : Ex RIMPAC 2004 et 2006 en mer; Opération HESTIA (Haïti) 2010; Opération ATHENA (Afghanistan) 2011; Opération NANOOK 2012 (Churchill, Manitoba); Opération RENAISSANCE (Népal) 2015; Ex RIMPAC 2016 à titre de membre d’état-major de la coalition; NEPTUNE TRIDENT 2017-1 (Afrique occidentale et golfe de Guinée).

Pourquoi avez-vous joint les Forces armées canadiennes (FAC) et quel est votre rôle?
Je me suis jointe aux Forces armées canadiennes parce que je suis patriotique. J’ai servi au départ au sein de la Marine royale canadienne à titre d’officier de guerre de surface. J’ai navigué à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Algonquin, où j’ai obtenu mon certificat de chef de quart et ma qualification professionnelle d’officier de marine. J’ai ensuite été affectée au NCSM Vancouver, où j’ai servi comme directeur ― guerre de surface. Toutefois, j’ai toujours été attirée par les gens et aimé raconter des histoires, d’où mon désir de devenir officier des affaires publiques. En 2009, après avoir travaillé un certain temps comme aide de camp du commandant des Forces maritimes du Pacifique, j’ai effectué le transfert vers la branche des affaires publiques. Je suis officier des affaires publiques depuis, et je travaille maintenant avec des équipes diversifiées afin de faire connaître les Forces armées canadiennes à la population canadienne et à d’autres publics cibles à l’échelle internationale.

Que préférez-vous de votre travail dans l’Armée canadienne/la 5e Division du Canada?  
Faire partie d’une équipe axée sur la mission, composée de véritables professionnels.

Quelle est votre expérience la plus mémorable?
J’ai vécu tellement d’expériences incroyables. Il est difficile d’en choisir seulement une. En 2010, j’ai pris part à un déploiement en Haïti qui m’a appris à être plus débrouillarde et à trouver des façons d’accomplir les tâches dans des conditions très austères. Au Népal, j’ai travaillé avec une équipe incroyable de soldats, de marins, d’aviateurs et de civils, et été témoin de la force et de la résilience de l’esprit humain. Nous avions été envoyés dans ce pays pour fournir de l’aide aux sinistrés à la suite d’un grave tremblement de terre, et nous avons été frappés par une réplique d’une magnitude de 7,8 deux semaines plus tard.

Enfin, les activités de renforcement des capacités, d’engagement communautaire et de mobilisation que nous avons menées en Afrique occidentale dans le cadre de NEPTUNE TRIDENT 17-1 étaient très gratifiantes sur le plan spirituel. J’ai trouvé inspirant de rencontrer des gens dans cette région, en particulier à la Sierra Leone et en Côte d’Ivoire, travaillant à améliorer les conditions dans leurs pays. Ces déploiements m’ont appris à être reconnaissante de tout ce que nous avons et que nous tenons parfois pour acquis au Canada, et à m’efforcer de rendre le monde meilleur, une personne à la fois.

Pourquoi êtes-vous demeurée dans les FAC?
Les gens, les défis et la satisfaction de servir la population canadienne.

Date de modification :