Dans le cadre de conflits militaires, la compréhension des nuances culturelles permet de sauver des vies

Article / Le 28 septembre 2017 / Numéro de projet : 17-0276

Par Édouard Dufour, Journal Adsum

Twentynine Palms, California — Le capitaine de corvette Chantal Desormeaux, conseillère en matière d’égalité entre les sexes (CES), a été déployée en Californie dans le cadre de l’exercice interarmées Large Scale 17. Son rôle était de déterminer les conséquences qu’entraînent les différents plans d’action sur les groupes distinctifs pendant les opérations militaires.

Les Forces armées canadiennes (FAC) évoluent parfois dans des milieux culturels ayant des coutumes et des réalités complexes. Le rôle des CES est de prendre note des effets que peuvent engendrer les interventions de l’armée sur la vie des différents groupes formant ces milieux d’intervention. Les CES ont comme mandat de tenir compte des différences entre les sexes durant la planification et les opérations militaires, mais aussi des spécificités quant à l’âge, l’éducation, la langue, l’emplacement géographique, la culture et le revenu.

Le Capc Desormeaux donne l’exemple d’un véhicule intercepté, détenant plusieurs femmes enchaînées et mal en point à l’arrière. «Les conseillers pourront coordonner la prise en charge de ces femmes par une équipe d’infirmières et leur prodiguer des soins et de l’aide psychologique», illustre-t-elle. «Tout n’est pas blanc ou noir. On permet à l’armée de constater que ses actions ont des effets de conscience sur le terrain», ajoute-t-elle.

Ouverture internationale

La communauté internationale semble porter un intérêt grandissant envers le rôle des CES. Lorsque le Capc Desormeaux a été formée en Suède pour occuper cette fonction, une vingtaine de pays étaient représentés parmi les élèves candidats. À l’échelle canadienne, près d’une dizaine de militaires détiennent actuellement cette qualification, octroyée par un centre de formation agréé par l’OTAN.

Le 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) tient compte des différences entre les groupes distinctifs depuis des années. Toutefois, c’est la première fois qu’un corps de métier associé à cette préoccupation fait son entrée officielle dans ses rangs, lors d’un exercice international. Le Capc Desormeaux souligne «l’implication et le soutien» du colonel Stephane Boivin, commandant du 5 GBMC, accordés à la promotion de la mission d’égalité des CES.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :